CODEVI

Comité de défense de Villiers-sur-Marne et de ses habitants

CONTRIBUTION DU CODEVI à l’ENQUÊTE PUBLIQUE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D’UTILITÉ PUBLIQUE CONCERNANT LE PROJET DE CONSTRUCTION DE LA GARE DE BRY-VILLIERS-CHAMPIGNY

Thème : Grand Paris  - mardi 11 septembre 2018

Le Codevi a participé à cette enquête publique qui s’est déroulée entre le 4 juin et le 6 juillet 2018. Vous trouverez ci-dessous sa contribution

 

Monsieur le Commissaire enquêteur,

Le Codevi, Comité de défense de Villiers et des villiérains, vous remercie de prendre connaissance de ses observations concernant le projet de nouvelle gare BVC

La nouvelle gare BVC apparaît comme un cadeau fait à Villiers-sur-Marne.

Cependant un certain nombre d’incertitudes pèsent sur le projet et il est difficile de dire aujourd’hui s’il ne s’agit pas d’un cadeau empoisonné pour les villiérains

 

1/Dans l’hypothèse ou l’interconnexion ne peut être réalisée, il est à craindre que la gare BVC perde beaucoup de son intérêt et ne soit que peu utilisée par les habitants de Villiers qui bénéficient déjà d’un très bon accès aux transports en commun. A titre d’exemple, les Villierains, selon le quartier où ils habitent, utilisent le RER A (gare à Noisy-le-Grand proche des Hautes Noues et d’une partie du Quartier des Stades) ou le RER E (gare en centre ville desservant de nombreuses correspondances). Le gain de temps procuré par la ligne 15 risque d’être grignoté par le temps de transfert entre les deux gares.

 

Selon le rapport de l’enquête publique relative au projet EPAMARNE, l’absence d’interconnexion pourrait être résolu par la création de nouvelles lignes de bus et la modification du tracé des lignes existantes. Concrètement pour Villiers, les voyageurs seraient donc acheminés par bus depuis la gare du RER E actuelle vers la nouvelle gare BVC. Les voies de circulation existantes sur ce trajet (rue du Général Galliéni, Rue du Général de Gaulle, rue Jean Jaurès, Av Henri Dunant) sont pour la plupart très étroites (deux voies de circulation) et déjà fortement encombrées.

Combien de bus seront nécessaires pour acheminer une partie des 55 OOO voyageurs susceptibles de fréquenter quotidiennement la gare BVC depuis le centre ville de Villiers? Par quel(s) itinéraire(s) ?

De la réponse à ces questions découle la faisabilité du transfert des voyageurs et ses implications sur la vie des villiérains.

 

Dans l’éventualité où le retard de mise en service de la gare d’interconnexion se confirmerait, le commissaire enquêteur de l’enquête précitée, propose « que soit étudiée, en complément des moyens de transport public, une liaison dédiée aux piétons et aux deux roues non motorisés entre le la ZAC et la gare RER E de Villiers-sur-Marne-Plessis Trévise. » Cette dernière proposition pour les piétons et vélos gagnerait à être précisée (itinéraire par exemple).

 

2/ – Autres questions déterminantes :

– Est-ce que le parti d’aménagement prévu par le consortium sélectionné dans le cadre de la métropole du Grand Paris sera revu en l’absence d’interconnexion ?

Rien n’est dit sur les liens entre ce nouveau quartier et la commune existante : impacts sur le marché du logement, sur le commerce. On nous dit un quartier durable mais Villiers compte plus de 12 000 logements que fait-on pour diffuser des pratiques de performances énergétiques ? Autrement dit peut-on organiser un effet d’entraînement de ce quartier sur la ville ? (voir aussi §3 infra)

 

Le lieu d’implantation de la future gare et ses environs sont fortement pollués :

– pollution du sol (ancienne décharge sauvage)

– pollution de l’air (proximité de l’autoroute A4 particulièrement embouteillée à cet endroit, et proximité des voies de chemin de fer du RER E)

– pollution sonore : en de multiples endroits de la future ZAC Marne Europe la pollution sonore dépasse les taux jugée dangereux pour la santé.

            L’Epamarne n’a pas rendu public les résultats des nouveaux sondages du sol. Pourquoi ? La population a droit à cette information qui concerne sa santé.

 

– Le projet de nouvelle gare va générer de nombreux problèmes de stationnement : peu de places de stationnement ont été prévues à proximité de la nouvelle gare. La situation déjà tendue dans les quartiers limitrophes de Villiers (Boutareines, Luats et Château) pourrait devenir inextricable à terme. Comment le problème du stationnement est il envisagé afin de protéger la population villiéraine ?

 

– Les travaux sur les 3 ouvrages (ponts) situés sur Villiers vont également conduire à d’importantes nuisances sous estimées dans la présentation du projet (notamment la démolition et reconstruction du pont au dessus de l’avenue de Gaumont)…

Quelles seront précisément les conséquences de la construction d’une nouvelle voie pour le retournement des rames ?

 

 

3/ Force est de constater que le projet ne prévoit pas les articulations du quartier neuf aux quartiers existants par exemple sur les thèmes qui relèvent du développement durable – puisque telle est la marque de fabrique de ce quartier :
– qu’en est-il des transports voies douces autour de la nouvelle gare, entre cette gare et les deux autres – RER A et E ?,
– quid de l’étude d’impact des nouveaux commerces sur l’existant, la définition de l’offre commerciale est capitale ?,
– de l’amélioration de la performance énergétique pour TOUT le parc de logement (avec un programme ad-hoc pour le parc ancien) ?
– un autre programme pour tout le parc ancien diffusant les « bonnes pratiques » du nouveau quartier concernant le tri des déchets, la gestion des espaces verts pour limiter l’imperméabilisation des sols est-il prévu ?…

 

4/ – Si l’interconnexion se fait, n’y a t’il pas aussi des risques :

que l’Etat demande plus d’efforts en constructions de logements en contrepartie de cet investissement ?

que le nouveau quartier se détache de la ville et siphonne une partie des ressources économiques de la commune ?

 

Les réponses à ces questions permettront de se faire une idée sur la nature du cadeau fait aux villiérains.

 

Claude Lobry

Président du Codevi

  1. Un grand merci pour toutes ces questions et interrogations

  2. Y aura jamais d’interconnexion et c’était couru d’avance vu l’emplacement de cette gare de la ligne 15 en plein milieu de deux gares du E insuffisamment éloignées l’une de l’autre !
    Du coup, avoir projeté cette interconnexion à cet endroit était une bêtise qui a fait perdre du temps et qui va accoucher d’une solution bancale (les bus). Il fallait étudier de la faire à Villiers centre ville. Peut être qu’il y avait des difficultés techniques mais le seul emplacement pertinent (avec cette fois des bus pour relier la zone de la gare BVC). En tout cas, la ligne passera en dessous (d’ailleurs, sauf erreur, la ligne 15 longe la E sur pas mal de km).

  3. Quel est l’intérêt de faire une gare sur un espace situé à deux kilomètres du centre-ville ? En imaginant que des voies douces soient aménagées pour permettre aux usagers de se déplacer soit à pied, soit en deux-roues (trottinettes ou vélos), soit en roller…pensez-vous qu’une fois que vous l’aurez fait une ou plusieurs fois que ça deviendra une habitude au quotidien, surtout les jours de mauvais temps? Ma réponse est « Non » car vous aurez vite compris que la distance à parcourir pour beaucoup d’usagers pour se rendre de leur domicile à la gare est trop importante et fera perdre le bénéfice en fatigue et en temps à beaucoup d’entre nous. Ce sont donc des navettes de bus qui vont être mises à disposition. L’usage des navettes est tributaire du bon état de circulation des voies empruntées…Leur capacité devra répondre à la demande de transport des futurs usagers…Ne serait-on pas en train de créer une « usine à gaz » (?) qui va coûter beaucoup d’argent aux franciliens et qui ne vise pas du tout les intérêts des villiérains comme des autres populations encadrantes ? A qui profite alors la création de cette gare…je vous le demande…Moi j’ai en partie la réponse ?!!!

  4. Dans le cadre du Grand Paris, il aurait aussi fallu réfléchir à modifier l’emplacement de la gare des Yvris (RER E), qui est sous exploitée du fait de son emplacement en périphérie de la forêt (900 000 en fréquentation annuelle, vs +7 mio pour Villiers, +4 mio pour Emerainville, les deux gares limitrophes).

    Et la déplacer dans un quartier d’immeubles, càd aux Richardets. Qui est un quartier en constante augmentation d’habitants sans aucune solution de RER directe (=> et deux lignes de bus seulement, dont les arrêts Richardets sont même pas commun, super pratique).

    Ca aurait permis à tous ses habitants d’utiliser le RER E plutôt que de se rendre, en bus, au Mont d’Est pour rattraper le A. Egalement ca aurait donner la possibilité aux habitants excentrés de Villiers (Est) et du Plessis de rejoindre plus facilement le E sans avoir à aller au centre de Villiers.

  5. Votre analyse excellente en demeure comme les questions correspond tout à fait à ce que j’avais cru comprendre à la réunion du mois de juin à Champigny, pas d’interconnexion même si cela n’a pas été dit ouvertement c’était en sous entendus. Il faut faire des économies sur ce projet par n’importe quel moyen, On le voit d’ailleurs dans la réalisation de l’évacuation des déchets prévisionnelle et la réalité, et peu importe les populations et les déplacements futurs. De toute façon même la mairie ne croit plus, comme d’ailleurs les constructeurs dans notre communes, il n’en font plus états dans leurs brochures, il serait sans doute bon d’en parler à notre députée qui avait abordé cette question il y a quelques mois à l’assemblée nationale si ma mémoire est bonne de toute façon un peu de pression sur tous les fronts ne peu nuire.

  6. Villierains et Usager rer E

    Merci pour cette contribution qui pose les bonnes questions
    En l’absence d’interconnexion, les cocus de l’affaire seraient en premier chef les villierains qui auront du subir les travaux polluants pendant plusieurs années, voir leur ville devenir un gruyere, s’eriger des tours de 60 mètres de hauteur etc. pour au final devoir prendre le bus pour aller à la gare nouvelle totalement excentree…
    Villierains cocus et JABenisti fier et content de lui comme à son habitude

  7. Les programmes immobiliers qui défigurent Villiers-sur-Marne sont par conséquent porteur d’un argument de vente qui trompe les futurs acquéreurs. La proximité de la gare de la ligne 15 est une ineptie car elle deviendra à l’usage très contraignante pour y accéder au quotidien.
    En conséquence cette gare n’intéressera que les usagers du nouveau quartier et elle n’est là que pour le desservir. Tout ce que nous entendons depuis des mois ne sont que des propos mal honnêtes. Monsieur Bénisti est très bon dans ce registre. Pour ceux qui connaissent cet homme qui gère notre ville avec ses moustaches et ses propos (mensongers) rassurants, il est évident que la commune n’a plus besoin de ses services…Il nous faut un maire-citoyen sans étiquette politique !

  8. Le pb de cette gare est isolé ou des « BVC like », y en a des tonnes ? Parce que si c’est le cas, laisse tomber, c’est un fiasco annoncé.

  9. La mise en service de la lignée 15 sud encore repoussée, cette fois en 2025
    Lire sur 94 citoyens
    https://94.citoyens.com/2018/ligne-15-sud-st-maur,25-09-2018.html

  10. Mercredi 26 septembre 2018:

    Le boulevard Jean Monnet est l’axe routier qui permet d’éviter le centre ville et permet de relier les chantiers du métro du Grand Paris à l’autoroute A4. Il est devenu le terrain préféré des chauffeurs des camions benne dont certains roulent comme des pilotes de formule I à tombeau ouvert, notamment lorsqu’ils reviennent à vide vers les chantiers pour charger…J’en ai klaxonné un hier vers 15h30 à la hauteur du petit rond point qui dessert la galerie marchande et Ikea…Je me suis fait plaisir!

    Autre jolie surprise qui aurait pu avoir des conséquences désastreuses si cela s’était produit en pleine journée. A 23h55 pour être précis, un camion porte chars transportant une pelleteuse a perdu le gobelet de celle-ci sur la chaussée du rond point au niveau de l’entrée de la ville, rue Jean Jaurès face au restaurant « Wok ». Le chauffeur s’en ai aperçu et à fini par faire le tour complet pour venir récupérer le gobelet de plusieurs dizaines de kilos…

    Comme quoi les miracles ça existe !

Ecrire un commentaire