CODEVI

Comité de défense de Villiers-sur-Marne et de ses habitants

Des fichiers, des photos etc. pour tout savoir sur la destruction de la partie forêt de la propriété Michot

Thème : arbres abattus,Urbanisme  - mercredi 15 août 2018

Article publié en août 2017

Nous vous proposons de nombreux liens vers des dossiers permettant de comprendre la gravité de destruction de la partie forêt de la propriété Michot

Pour visionner nos photos pour comprendre l’étendue du « massacre à la tronçonneuse » envisagé, cliquez sur ce lien : http://www.codevilliers.fr/wp-content/uploads/2015/08/5-photos-pour-comprendre5.doc

 

P1130298

En bleu le périmètre de la partie bientôt détruire

 

Le parc partie forêt et partie « maison »

 

arbres Michot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue partielle depuis l’avenue Lecomte de la partie bientôt détruite

 

Commentaires déposés depuis le 18 août 2018

 

                      Robin des Bois 20 août 2017

Bravo Codevi !Il faut se battre sur tous les fronts !

                        Carbonne 94 
  21 août 2017 à 19 h 06

Merci pour votre recours et votre dossier complet

J’ai étudié l’arrêté préfectoral et découvert avec stupéfaction que les tulipes sylvestres allaient être déplacées au pied … des pieds de vigne dans le bois St Denis! Incroyable lorsque l’on sait que cette espèce protégée ne supporte pas les traitements en tout genre. Je ne savais pas que les quelques bouteilles produites par l’association « les trois grappes », étaient Bio.

                        Katia 
22 août 2017 à 11 h 37  


Difficile de croire qu’une quarantaine d’arbres remarquables de haute tige pourraient être abattues au coeur du quartier des Stades. Il faut mobiliser tous les décideurs et les défenseurs de la nature.

La meilleure solution serait que la propriété Michot soit achetée dans sa totalité par une collectivité territoriale (Région IDF, Département, Etat) ou par une grande société ou encore par une fondation etc. La propriété Michot mérite mieux que d’être livrée aux promoteurs. Il faut absolument stopper ce projet insensé.

                        Mel 
22 août 2017 à 18 h 40 




Bonjour, Il me semblait que la propriété Michot avait été acquise par la ville pour en faire un centre de loisirs :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-de-marne-94/les-enfants-de-la-ville-joueront-chez-madame-sans-gene-03-04-2013-2691871.php

Ou alors l’article du Parisien ne parle pas de la même propriété ?

                        stef 
23 août 2017 à 6 h 29

Bonjour Mel,
dans l’article le maire donne la reponse, cf ci dessous :
Les derniers propriétaires en date, la famille de l’entrepreneur Michaud, avaient décidé de vendre le site d’1,5 ha à un promoteur pour près de 4 M€. « Quand j’ai découvert le projet, je n’ai pas pu laisser construire ces bâtiments en bois qui détonaient totalement dans le quartier, s’emporte Jacques-Alain Bénisti, le maire UMP. J’ai donc négocié avec la famille et le promoteur pour que la ville achète la villa, la piscine, les serres et le parc et laisse une partie du terrain au promoteur pour faire de petits logements haut de gamme dans un style correspondant à la propriété. »

                        Codevi 
23 août 2017 à 12 h

Catherine Hübscher dite « Madame Sans-Gêne » n’a pu vivre dans la propriété Michot car elle est décédée en 1835 alors que la grande maison a été construite en 1858…

Quant au projet d’y transplanter les serres de Villiers et les centres de Loisirs, c’est une promesse de JA Bénisti pour masquer la destruction de la partie forêt de la propriété.

Sur la possibilité d’aménager à moindre frais la grande maison et les pavillons Baltard pour y installer les enfants, c’est un bobard de plus quand on connait les normes de sécurité imposées pour ce type d’activité. Prenez les pavillons Baltard, il faudra les mettre aux normes concernant la sécurité des vitrages… ce qui représente déjà plusieurs dizaines de milliers d’euros, idem pour le piscine et pour pour la maison qui devront être mises aux normes de sécurité pour accueillir des enfants etc.

Comme le rappelle Stef, un investisseur se proposait de racheter la propriété pour y développer une activité hôtelière et d’organisation de séminaires tout en gardant l’intégralité des arbres du parc à la condition de pouvoir implanter quelques chalets en bois dans la propriété. Le Maire de Villiers a emppêché ce projet et tous les autres projets qui auraient permis de sauvegarder la propriété Michot dans son ensemble, préférant de petits arrangements avec un promoteur… Quatre ans après l’article fantaisiste du Parisien, les projets de Bénisti n’ont pas beaucoup avancé et la résistance au saccage de la partie forêt de la propriété ne fait que commencer.

                        Nadine 
24 août 2017 à 19 h 46 min

Comment un Maire peut il faire une croix sur le dernier espace boisé du centre ville et autoriser l’abattage d’une quarantaine d’arbres remarquables de plus de 20 mètres de hauteur? C’est honteux. Il faut nous mobiliser pour empêcher cet action lamentable.

                        Riveraine avenue Lecomte26 août 2017 à 21 h 30 min

Tout à fait d’accord avec Nadine

Projet honteux, lamentable et scandaleux!!!

                        antoine 
3 septembre 2017 à 11 h 42 min

….et pendant que tout le monde s’accorde à reconnaître l’importance de préserver la nature dans notre ville c’est le profit des promoteurs qui est favorisé. Le maire doit faire l’intérêt de ces habitants ou de certains groupes privés?

                        Clarabelle30 septembre 2017 à 14 h 58 min

« Partout où l’arbre a disparu, l’homme a été puni de son imprévoyance »: ces paroles de Chateaubriand résument à elles seules le rôle important de l’arbre dans nos vies. Car « l’arbre urbain » est indispensable pour assurer une bonne qualité de vie.

En effet l’arbre de la « propriété Michot », comme d’autres végétaux, influent sur la qualité de l’air que nous respirons en ville, en agissant comme de véritables filtres à air (absorption des poussières). Il permet aussi la lutte contre l’érosion du sol, très fréquent en milieu urbain dû notamment aux travaux de construction et au piétinement. L’arbre améliore également la qualité de l’eau grâce à ses racines qui jouent leur rôle de filtres. Il participe à la régulation des écarts extrêmes de température en dégageant de la vapeur d’eau dans l’atmosphère, permettant de tempérer les variations extrêmes du climat. Ainsi il a été démontré que la disparition des boisés urbains augmente la température de l’air, augmente la vitesse du vent et contribue à modifier la configuration locale des précipitations. Autre rôle: l’arbre protège contre la chaleur en milieu urbain en jouant son rôle de rafraichisseur d’air ambiant. Car son feuillage absorbe et reflète la radiation solaire et ainsi réduit l’intensité du rayonnement et la chaleur qui en résulte. Cet effet est d’autant plus important qu’avec le changement climatique, la fréquence des épisodes de canicules estivales ira en augmentant rapidement. L’arbre de la « propriété Michot » n’est pas qu’ un attrait pour la faune, car il assure le logis, la nourriture et la protection à plusieurs espèces d’oiseaux, insectes et petits animaux ( ici pour le cas présent: écureuils, chauve-souris…), il protège également contre le bruit grâce à son feuillage qui forme un rempart efficace contre les bruits de fond de la circulation routière par exemple. Le chant des oiseaux qui y nichent, contribuent à masquer les bruits des villes.

En conclusion, la disparition des forêts urbaines à Villiers-sur-Marne jouera un rôle non négligeable sur l’état de santé d’une population qui vit déjà dans un milieu de concentration excessive où la pollution est régulièrement en zone rouge du fait de la situation géographique de notre ville située à proximité immédiate de l’autoroute la plus saturée d’Europe. En laissant détruire ces zones boisées , votre maire devient complice d’un système qui se moque du confort de ses administrés alors qu’il a été « légitimement » élu par ceux et celles qui se sentent dorénavant trahis dans ses faits, dans ses gestes, et par ses fausses promesses…(projet Nexity de la rue Léon Dauer…) !

                        Robin des bois 
2 octobre 2017 à 13 h 19 min

Et avec l’annonce d’un report aux calendes grecque de la ligne 15 nous allons nous retrouver avec des milliers de personnes en plus dans l’est parisien et pas de transport adéquate ! Bravo Benisti et autres nulos de la politique !

                        Pierre Laguérodie 
3 octobre 2017 à 13 h 15 min

L’opportunité était trop belle pour nos chers élus…Ils se frottent les fesses sur des fauteuils entre eux à l’occasion de multiples réunions durant lesquelles ils s’encouragent et se congratulent jusqu’à la félicité…Mais à lire vos commentaires, chers lecteurs, certains d’entre vous avaient commencé à émettre des doutes sur les priorités d’un état aux aboies. Car l’argent est bien le nerf de la guerre pour eux …comme pour nous. Sauf que nous, nous agissons avec notre cerveau parce que nous vivons au quotidien dans les difficultés que ces « petits » notables nous imposent pour gaver ceux qui partagent leur classe sociale. Cette « haute bourgeoisie » parisienne est une gangrène qui détruit nos vies. Son esprit n’a pas évolué depuis des décennies: elle est disposée à continuer ainsi si nous ne nous décidons pas à la stopper net. Car non seulement elle est complice d’ingérence mais en plus elle ment en tentant de survivre, d’exister, à travers le phénomène du clientélisme… Si certains d’entre nous n’avaient pas été invités à voter à l’occasion des élections municipales pour celui qui nous a trahi à travers le projet immobilier Nexity de la rue Léon Dauer, nous n’aurions pas autant de cicatrices dans notre paysage urbain villiérain aujord’hui. Et les arbres de la propriété Michot ne seraient plus en danger…

                        Robin des bois 
5 octobre 2017 à 15 h 58 min

Total vient de dévoiler une offre gaz et électricité ! Sauf qu’à Villiers sur Marne, avec l’accord CEV, le particulier ne pourra y adhérer ! Toujours considérés comme des sous-citoyens !!!un élu de l’opposition pourrait-il faire une démarche vers la nouvelle député Maud Petit afin qu’elle prenne une initiative citoyenne !

                        Luc8 octobre 2017 à 10 h 28 min

Merci pour votre dossier complet qui permet de comprendre les enjeux de ce permis de construire grâce aux nombreuses pièces jointes

L’intérêt général voudrait que cette propriété soit conservée dans sa globalité. Je ne comprends pas comment on autorise la destruction d’une telle plantation d’arbres remarquables alors plus personne ne conteste l’utilité des arbres en centre ville pour lutter contre le réchauffement climatique . Ce ne sont pas les terrains qui manquent à Villiers comme le prouve la quantité incroyable d’appartements neufs en construction. Les arguments mis en avant par votre association sur le plan juridique me semblent très sérieux et devraient aboutir à l’annulation de ce permis de construire. Le promoteur ferait bien de modifier son projet afin de sauvegarder cette magnifique propriété que peu de villes aux alentours ont la chance de trouver sur leur territoire.

                        LeBoétie

9 octobre 2017 à 14 h 23 min


Pourquoi ne pas faire tourner une pétition dans la ville (Internet, mailing, boîtes aux lettres…) ?

                        Robin des bois 
12 octobre 2017 à 9 h 50 min

Quel gommeux ce Monsieur Benisti ! Maintenant il est Maire, et pourvu que cela ne dure plus très longtemps, et en plus il s’est bombardé Député honoraire…..voir les affiches de ma mairie.

                        Robin des bois 
15 octobre 2017 à 11 h 53 min

Au fait sa serait à quoi un Député honoraire ? Réponse : à rien ! Mouaaaaaahhhhhh……

                        Nono67 
10 novembre 2017 à 21 h 40 min

Bonjour Messieurs,
Concernant la volonté délibérée de promoteurs indélicats pour fragmenter le Bois de la propriété Michot, il conviendrait de mobiliser toutes les associations afférentes aux espaces verts comme l’ONF, les parcs et jardins d’île de France, le CORIF,… également la COP 21, puis la COP 23, la Fondation du patrimoine (pour les espaces naturels protégés), comité des parcs et jardins de France,;….. et utiliser ainsi tous les recours juridiques auprès de ces organismes associatifs ou publics. Des avocats et conseillers juridiques interviennent déjà auprès de ces derniers. Plus nous étendrons également notre pétition au niveau de ce tissu, et des adhérents plus nous vaincrons !!!…
Juridiquement pouvons-nous nous limiter seulement à pétitionner auprès des résidents de Villiers, (il semblerait que oui, malheureusement), ou les arbres remarquables, comme le chêne de Marie-Antoinette, malheureusement tombé à la suite d’une terrible tempête, était lui admiré du monde entier donc classé, donc protégé ?
Ma question revient à dire; quel est le statut de protection des arbres remarquables ?
Par avance merci de votre réponse.
Bien cordialement à vous.

                        Nono6710 novembre 2017 à 22 h 01

Bonjour Messieurs,
À quand, en France, une vraie politique ambitieuse et HARMONIEUSE de l’aménagement du territoire, en dehors de toute politique de pots de vins, appels d’offres plus que douteux, pour une poignée d’apparatchiks ?!!!
Charles Pasqua, en son temps, avait déclaré […il faut faire l’aménagement du territoire…], il semblerait que cette déclaration n’a pas été suivie d’effets.
Combien de temps encore allons nous continuer à agglutiner de plus en plus de population dans les grandes villes et en particulier l’IDF ?!!!..
La politique du logement est à réformer, certes, mais pas à n’importe quelles conditions.
La qualité de l’air est un droit qui ne semble pas encore reconnu, visiblement, pour toucher à des zones sensibles végétales.
Bien cordialement.

                        Laguérodie Pierre 
11 novembre 2017 à 10 h 53

Nous retombons « volontairement » dans les mêmes erreurs des années 60 lorsque cette classe sociale de « décideurs » a outrageusement mené une politique de construction intensive et irraisonnée aux portes de Paris, dans les banlieues de proximité. Cet appel d’air de constructions intensives pour soi-disant répondre à une demande de logements des ménages est une fausse raison. Depuis quand l’homme politique et tous ceux qui gravitent avec eux autour du « pot de miel » se préoccupent de notre confort et de notre cadre de vie? Ca ne s’est jamais fait sur Paris et ça ne se fera jamais !

Il y a une vingtaine d’années, certains d’entre eux, plus courageux que les autre, parlaient d’équilibre des forces économiques répartis sur l’ensemble du territoire; on parlait également de décentralisation ! On permettrait ainsi d’équilibrer les richesses, les sites de production…en apportant du travail à ceux qui n’en avaient pas ou plus; on équilibrait ainsi les populations. On créait ainsi un effort national et on évitait cette accélération de l’exode rural ressentie dés la fin de la seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui la population de la Région-Ile-De France est « l’otage » (le mot ici marque l’enjeu dans lequel la spirale de leur politique économique et financière nous aspire!) de leurs objectifs qui n’a qu’un seul but, nous contraindre à davantage de servitudes. La population qui travaillent est encore « encouragée » à entrer dans le système en devenant propriétaire et à le payer! Le peuple se retrouve ainsi pris dans l’étau du système qui l’empêche de penser librement car si demain il veut grogner, les banquiers, les « politiques » et autres profiteurs du système lui rappelleront qu’il a des impôts à payer: revenus, locaux, TVA…et fonciers. Je ne parle pas des crédits: immobilier, à la consommation…Or il faut bien constater que leur système a des limites: l’argent. Et des « pépètes » ils en ont besoin…notamment dans le cadre du projet du ‘Grand Paris » où, déjà, nous apprenons que la facture a fait un bon de dix milliards d’euros ? Alors que si vous relisez ce qui est écrit dans les discours de ces magiciens et les compte-rendus de leurs dizaines de réunions, les dépenses devaient être maitrisées ? Heureusement qu’ils se le sont dit…car nous nous n’avons jamais cru à leurs mensonges. La preuve est que le gouvernement freine des quatre fers l’engouement des élus pour la construction du « Grand Paris »dans le sens où l’Etat a des dépenses à maitriser au niveau national. Car entre le taux de pauvreté de la population française, qui reste élevé, des salaires misérables, un taux de chômage record…et le cadeau empoisonné des futurs jeux olympiques…Il ne reste pas grand chose dans les coffre-forts de Bercy. Tout cela pour dire qu’en encourageant les projets immobiliers pour des raisons économiques et financières plus que sociales, les décisions de ces chères « têtes pensantes » ne pensent plus pour notre confort de vie mais pour leur enrichissement personnel.

                        JD 
19 janvier 2018 à 12 h 46 min

Bonjour,
Où en est-on sur le recours déposé en août dernier?

                        Pierre Laguérodie 
20 janvier 2018 à 16 h 08 min

Il y a peu de temps j’ai été l’observateur privilégié d’une « discussion » entre différents acteurs de la vie locale et de personnes issues de l’appareil judiciaire. A mon grand étonnement, j’ai pu entendre que le P.L.U. était protecteur des zones pavillonnaires, des zones humides ainsi que des zones boisées ?

La perversité de ce type de discours va bien au-delà de la morale…Il est devenu un mensonge publique de notoriété locale et probablement bien au-delà…assumé par une équipe et surtout un homme qui s’assume également en temps que « Premier Magistrat » de la ville lorsque les évènements l’y obligent…pour forcer le respect !

Nous savons tous aujourd’hui que le P.L.U. de 2013 n’est en rien protecteur des zones pavillonnaires car ce sont des dizaines de pavillons qui ont été rasées au profit d’opérations immobilières juteuses…Premier mensonge !

Nous savons également que le P.L.U. n’est pas protecteur des zones humides. J’en veux pour preuve que 60 à 80% du territoire de la commune est alimenté par des sources qui étaient convoitées par les parisiens du début et de la moitié du XXième siècle qui venaient en train vapeur depuis la Capitale pour profiter du cadre rural et des espaces dédiés au thermalisme… J’ajouterai également que je connaissais personnellement, à titre d’exemple concret, une zone humide située au pied de Bricorama, dans le quartier des Boutareines, alimentée par une source où les joncs et autres roseaux formaient un petit bocage qui abritait dés le printemps batraciens et autres amphibiens… Depuis l’espace a été…bétonné ! Deuxième mensonge !

Enfin pour argumenter le troisième mensonge, nous avons deux exemples concrets où votre association préférée a dénoncé les effets pervers d’un P.L.U. qui n’a jamais été et ne sera jamais protecteur des zones boisées puisque la propriété Michot, considérée comme une mini forêt urbaine longuement entretenue par les consorts Michot, fait l’objet d’un projet immobilier de logements collectifs après abattage d’arbres centenaires et destruction d’une zone humide puisque le Domaine est traversé par un ru… Le deuxième exemple vise la propriété du 31-35 du général Leclerc qui était boisée il n’y a pas si longtemps encore et qui a laissé place à la résidence Domitys…

Ce surcroît de logements collectifs sur le territoire enclavé de notre commune n’a rien de bon. L’asphyxie des zones urbaines est définitivement en marche…Il va falloir s’habituer à aller chercher dans les communes limitrophes ce que nous n’avons plus et que nous ne sommes pas près d’avoir! Le plus grave est que nous ne semblons pas nous rendre compte que nous sommes esclaves de la pensée minoritaire d’individus qui ont obtenu leur légitimité d’action grâce à celle du vote…Et le pouvoir ils savent le détourner pour leur compte et ceux qu’ils représentent… mais pas à notre encontre !

                        Pierre Laguérodie12 février 2018 à 9 h 41 min

Ce parc est un bout de nature…cette nature dont nous sommes issus et qu’il nous faut préserver, même en ville.

Refusons ce projet immobilier qui ne rapportera qu’à quelques profiteurs qui se payent sur le dos de milliers de gens auxquels le parc Michot apporte bien-être et réconfort ! Refusons ce système qui personnalise les profits et qui socialise les pertes.

Défendons cette magnifique propriété; défendons le hérisson; défendons le pic épeiche; défendons les écureuils roux; défendons la tulipe sylvestris; défendons les chauve-souris; défendons les arbres centenaires…défendons nous; défendons la vie…tout simplement.

« Quand le dernier arbre aura été abattu

Quand la dernière rivière aura été empoisonnée

Quand le dernier poisson aura été pêché

Alors on saura que l’argent ne se mange pas ! »
Géronimo, à la fin de sa vie.

 

 

 

 

Ecrire un commentaire