CODEVI

Comité de défense de Villiers-sur-Marne et de ses habitants

Manque de médecins généralistes à Villiers : la situation risque de s’aggraver dans les prochains mois !

Thème : Nombre d'habitants,Politique locale  - mardi 31 octobre 2017

 

Villiers déjà très déficitaire en médecins généralistes risque de connaître une pénurie dans les mois qui viennent. Pas moins de cinq médecins généralistes (sur les 14 présents à Villiers) envisagent en effet de prendre leur retraite à court terme.

Les nouveaux arrivants qui achètent un appartement à Villiers feraient bien de conserver leur généraliste dans leur ville d’origine avant d’en chercher un à Villiers. Les 14 médecins généralistes présents sur la ville sont dans leur grande majorité débordés et n’acceptent plus de nouveaux patients. Pour ne rien arranger, plusieurs d’entres-eux vont partir à la retraite dans les prochains mois.

En 2010, le Codevi alertait déjà les autorités municipales sur ce grave problème. a cette époque, il y avait 15 médecins généralistes à Villiers.

Nous vous proposons de relire ci-dessous, notre article publié le 29 avril  2010

 

Le manque criant de médecins à Villiers est une réalité que nous constatons amèrement et qui ne va pas en s’arrangeant.

Le départ annoncé de la seule pédiatre libérale est un élément parmi d’autres qui montre à quel point le Codevi a raison d’alerter les villiérains sur la médiocrité des conditions de vie et sur les carences de la municipalité qui ne fait pas son travail pour assurer le bien-être de ses habitants.

Le constat : 

Villiers n’est pas seulement un désert commercial et culturel, Villiers est menacé par le manque de médecins. Le tableau présenté ci-dessous montre l’étendue du sinistre.

         Villes Nombre d’habitants  par généraliste
Le Perreux – Nogent – Champigny   –   Bry – Le Plessis-Trévise etc. Villes comptant au moins UN médecin généraliste  pour    1 000 habitants
Villiers-sur-Marne

(15 généralistes pour   28 158 habitants)

 Soit 1 pour 1 877 habitants !

Cette  désertification en matière de santé est préjudiciable à tous les villiérains et en particulier à toutes les personnes qui éprouvent des difficultés  pour se déplacer, en premier lieu les personnes âgées et les mères de jeunes enfants.

Elle se traduit concrètement par un temps d’attente  infernal chez certains médecins qui conduit beaucoup de villiérains à se faire suivre par des médecins extérieurs à leur ville.

Comment se fait-il que les jeunes médecins ne s’implantent pas à Villiers ?

Les causes sont certainement multiples. Le montant exorbitant des impôts locaux et de la taxe foncière pratiqué à Villiers (heureusement, la taxe professionnelle a été supprimée!) y est certainement pour beaucoup.

Parmi les conseils donnés par l’Ordre des médecins aux jeunes diplômés qui veulent réussir leur première implantation, il est recommandé « de vérifier la pression fiscale locale et de s’informer auprès des élus sur les aides qui peuvent leur être apportées »

Existe-il des solutions ?

Contrairement à ce qu’affirme la mairie, la démographie médicale doit constituer une préoccupation des élus locauxqui disposent de moyens pour attirer ou retenir des médecins dans leur ville surtout lorsque la désertification est patente et devient lourde de conséquences pour la population.

La Loi prévoit d’ailleurs que des aides publiques à l’installation des médecins peuvent leur

être accordées sous certaines conditions, en particulier dans les zones déficitaires en médecins généralistes

Le classement de Villiers en zone déficitaire semblerait envisageable.

En matière de désertification médicale, avec un généraliste pour environ 1 877 habitants, Villiers possède une densité médicale équivalente et même inférieure à certaines grandes villes de la banlieue nord classées en zone déficitaire qui comptent moins d’un généraliste pour 1430 habitants. (seuil requis pour envisager un classement en zone déficitaire)

A titre d’exemple, Goussainville (27 540 habitants – 1 généraliste pour 1 620 habitants) et La Courneuve (35 608 habitants – 1 généraliste pour 1 618 habitants) sont classées en zone de désertification médicale et bénéficient à ce titre de nombreuses aides de l’Etat pour favoriser l’implantation ou le maintien de médecins sur leur territoire.

Nous suggérons donc à Monsieur Benisti, compte tenu de la situation alarmante dans laquelle se trouve sa ville, de demander son classement en zone déficitaire afin que les jeunes médecins puissent recevoir des aides pour s’installer à Villiers ou pour y demeurer…

La création d’une maison de santé pluridisciplinaire pourrait être une bonne solution. 

Le Sénat a travaillé sur ce thème et présente les possibilités offertes aux communes sur son site

Lorsqu’il s’agit de  lutter contre la désertification commerciale ou contre la spéculation immobilière, le Directeur de Cabinet du Maire nous tient un discours lamentable qui peut se résumer ainsi : « la Mairie n’a rien à voir là dedans, il s’agit d’affaires purement privées, conclues de gré à gré dans le cadre des lois existantes sur lesquelles le Maire n’a aucune prise » Ce type de réponse a été fait par exemple aux parents qui s’alarmaient du départ du Dr. Mokrane (pédiatre) sur le forum de la ville. Elle ne vise rien d’autre qu’à tenter d’exonérer  le maire et son équipe de  leur  responsabilité…

 

 

 

 

Ecrire un commentaire