CODEVI

Comité de défense de Villiers-sur-Marne et de ses habitants

Bétonnage de Villiers : avalanche de nouveaux permis déposés récemment pour 400 logements

Thème : projet immobilier à surveiller,Urbanisme  - samedi 21 janvier 2017

Et ça continue, encore et encore… 400 nouveaux logements envisagés !

Pour prendre connaissance des nouveaux projets, cliquez sur le lien en bleu suivant…     PC déposés et accordés récemment

pour relire nos précédents inventaires des permis accordés, cliquez sur les liens suivants

http://www.codevilliers.fr/wp-content/uploads/2016/01/inventaire-15-janvier-16.pdf

http://www.codevilliers.fr/?p=4453

http://www.codevilliers.fr/?p=4770

 

  1. Si on totalise ces 400 logements à vos derniers inventaires, on dépasse largement les 2600 logements auxquels il faut ajouter les 1000 logements prévus dans le cadre du projet monstrueux autour de la future gare en contrebas de Bricorama et sur le terrain de golf…
    Je croyais que le maximum autorisé était de 160 logements par an. J’avoue n’y plus rien comprendre

  2. quand va t’on faire disparaitre cette ancienne charcuterie rue de coeuilly quant aux projets nouveaux, certains vont faire disparaître ces ruines actuelles qui auraient dues être démolies depuis longtemps. Mais à quand l’ouverture de boutiques décentes à la place de tous ces commerces actuels miteux? Quand le maire va t’il cesser de les accorder? on se croirait à l’époque de zola à villiers!

  3. Et cela ne fait que commencer!

    Avec une grande mobilisation des Villierains nous pouvons faire bouger les choses.
    Venez nombreux à l’enquête sur la modification du PLU pour qu’à l’avenir les projets immobiliers s’intègrent mieux à l’échelle de notre ville.

    http://www.villiers94.fr/actualite/avis-public-modification-n2-plan-local-durbanisme/

    Si le lien ne fonctionne pas, allez sur le site de la mairie rubrique actualité.
    Merci de partager l’information.

  4. bonjour,

    je pense qu’il faut publié au plus vite un petit journal en indiquant l’ensemble des pc accordés le nombre de logement qui va être crée et surtout avoir un retour de la population de Villiers sur le bétonnage.
    comme une pétition a remettre au Maire.

  5. Villiers : ils dénoncent l’abattage d’arbres au profit du « bétonnage »

    Matinaux, ils étaient une petite quinzaine d’habitants des Hautes-Noues à manifester ce lundi dès 8 heures devant la rangée d’arbres qui doivent être abattus sur le boulevard Bishop’s-Stortford, ces prochains jours à Villiers. A la place, une « végétalisation » du terrain de la résidence de 71 logements en construction.

    « La ville bétonne et supprime de plus en plus d’espaces verts, c’est notre cadre de vie, celui de nos enfants qui disparaît de manière irréversible », tempête Jacques Grenier (EELV). C’est en se promenant ce week-end que des habitants ont découvert, placardée sur un platane, l’annonce de l’abattage : « de nouveaux végétaux seront replantés sur le terrain de la résidence réalisée », peut-on lire sur l’affichette.

    « Ce sont des arbres qui ont plus de cinquante ans, s’ils nous replantent des arbustes ou des buissons cela n’aura rien à voir, il faut des plantations à qualité équivalente, je ne vois pas en quoi ils gênent la construction ces beaux arbres », précise Josette Sauvage, vice-présidente de l’amicale des locataires des Hautes-Noues et par ailleurs militante EELV. D’autant que pour les habitants, ce rideau d’une trentaine d’arbres fait office de mur antibruit : « Lorsqu’ils en ont coupé devant chez moi il y a quelques mois, j’ai commencé à entendre la circulation sur l’A4, et ne parlons pas de la pollution, avant les arbres en retenaient un peu quand même », témoigne une voisine des Hautes-Noues.

    « La ville fonce d’abord et réfléchi ensuite, mais lorsqu’il s’agit d’arbres, les choses sont définitives. Je ne suis pas contre la gestion des arbres, mais il faut être sûr qu’il y a une cohérence à le faire. Surtout qu’à force de construire les sols ne sont plus en mesure d’absorber les eaux de pluie, on se retrouve avec des phénomènes nouveaux d’inondation, il ne faut pas oublier que le quartier des Hautes-Noues est construit sur un marécage ! », explique Jacques Grenier, son drapeau EELV bien levé.

    Un rassemblement que la mairie de Villiers ne comprend pas très bien, au regard « des nombreuses réunions publiques d’information » sur le sujet de la rénovation du quartier. Les plans dans les mains, le maire Jacques-Alain Bénisti (LR) et son directeur de cabinet font l’inventaire : « Des arbres à hautes tiges seront replantés, des pommiers, des cerisiers, mais aussi des haies vives. Sur l’ensemble du quartier qui comprendra cinq squares et un grand parc de 1 ha, 250 nouvelles espèces seront replantées », assure le maire.

    voici le liens :
    http://www.leparisien.fr/villiers-sur-marne-94350/villiers-ils-denoncent-l-abattage-d-arbres-au-profit-du-betonnage-30-01-2017-6638679.php

  6. Une nouvelle fois Villiers (enfin le maire) se fait de la pub dans le Parisien 94, de ce jour pour les nouvelles constructions devant la gare et il voudrait attirer les parisiens de venir vivre à Villiers et voudrait remédier également à l’absence de commerces de proximité, enfin… Mais j’apprends également la construction d’une résidence de très haut de gamme (10 logements) accolée au musée avec la construction d’un kiosque à musique 1900 en remplacement de l’affreuse boule qui trône au milieu de la place… faire venir une créperie et une brasserie sur la place, il envisage même une piétonnisation du centre le week-end, là sincèrement les bras m’en tombent, je ne peux que souhaiter bon courage à ceux qui habitent le secteur

  7. A monsieur Grenier chef des écologistes de Villiers sur Marne :
    Pour information, malgré votre appel relayé par Citoyens 94, Monsieur Benisti n’à pas daigné épargner les !arbres du boulevard Bishop Storford

  8. Jacques Grenier - EELV Villiers

    @Pepone,
    Merci pour cette triste information.

    Nous étions une quinzaine sur place ce lundi 30 janvier 2017 pour protester contre l’abattage d’arbres cinquantenaires. Suffisamment pour avoir une couverture presse, trop peu pour organiser une occupation du terrain par des citoyen-ne-s vigilant-e-s ou un relais pour camper dans des arbres menacés.

    A l’inverse, lorsque nous coordonnons nos actions (par exemple à l’occasion des enquêtes d’utilité publique), nous arrivons à obtenir un impact et la prise en compte de certaines contre-propositions.

    Moralité : l’union fait la force, et plus nous sommes nombreux, plus nous avons de chances de faire reculer la Mairie.

Ecrire un commentaire