CODEVI

Comité de défense de Villiers-sur-Marne et de ses habitants

Rue de Coeuilly, Chemin des Hauts et Allée de la justice, le maire signe le permis de détruire plusieurs belles maisons et leurs jardins

Thème : projet immobilier à surveiller,Urbanisme,Vie des quartiers  - mercredi 9 novembre 2016

Le permis de démolir plusieurs belles maisons derrière la gare vient d’être affiché. Cliquez sur le lien suivant reportage photos Chemin des Hauts pour visionner l’étendue des dégâts causés par ce nouveau  bétonnage massif . Le permis de construire est consultable au CMAT (pc n° 9407916n00031 délivré le 27/10/2016 pour 52 logements et d’une hauteur de 12 mètres)

Ci-dessous l’article que nous avons publié à ce sujet en avril 2016 suite à la réception d’une lettre de l’un de nos informateurs reproduite en caractères verts.

Chers amis du Codevi,

Une indiscrétion m’incite à porter à votre connaissance ce que j’ai appris, pour faire suite à votre Petit Journal, concernant le bétonnage outrancier à Villiers sur Marne :

– 7 pavillons sont susceptibles d’être rasés en faveur du promoteur K&B, rue de Cueuilly, chemin des Hauts et allée de la Justice (un permis de construire et de démolir 3 pavillons, a déjà été délivré au promoteur « Green City Immobilier » dans cette même allée)

Des sondages de sol sont en cours actuellement.

Cela se situe dans une zone de termites (arrêté préfectoral) et mouvements de terrain. De plus la circulation dans la petite rue de Coeuilly est déjà à saturation.

On arrive à une situation telle que les propriétaires sont contraints de vendre afin d’éviter que la construction d’un immeuble ne dévalorise leur bien s’ils souhaitaient le vendre dans le futur. De plus les marteaux piqueurs et les travaux risquent de fragiliser les fondations de leur maison.

En espérant que ce projet ne verra pas le jour

Cordialement

Remarques du Codevi

1/ Tous les riverains des futurs chantiers doivent absolument contracter une bonne et véritable assurance protection juridique.

Une telle assurance peut permettre de couvrir un partie des frais d’avocat en cas de procédure (recours contre le permis de construire si celui-ci s’avère attaquable, action en dommages et intérêts en cas de préjudice subi du fait de la construction lors du chantier et après…)

2/ Les riverains du futur chantier doivent exiger du promoteur qu’il réalise un référé préventif à ces frais. Il s’agit d’une procédure judiciaire qui consiste à faire constater, par un expert nommé par le tribunal, l’état des pavillons proches du chantier, avant le début des travaux. En cas de dommages (apparition de fissures par exemple), l’indemnisation  est facile à obtenir sans frais de recours judiciaire pour la victime.

3/ Contactez le Codevi, mobilisez vos voisins etc.




  1. Les promoteurs ne se gênent pas à Villiers
    Pourquoi donc Monsieur Benisti?

  2. Le chemin des hauts entre l’allée de la justice et la rue Cueilly est actuellement un lieux calme avec de beaux pavillons et jardins arborés. C’est un crève cœur que de penser que l’on pourrait detruire un tel lieux. Espérons que notre maire ne permettra pas cette nouvelle destruction de pavillons et jardins. Assez de béton !!!

  3. Bonjour
    Dans les projets en cours, qui a des informations sur le projet du passage du bon vieux temps ? Le permis est affiché et concerne le 64 avenue du générale de Gaulle ! Dès parking souterrains et des immeubles prévu visiblement dans ce passage campagnard !

    Ce passage est vital pour bon nombre de ville raison pour atteindre le centre ville . C’est espace hors du temps …

  4. Le Codevi ne peut pas tout faire. L’association qui regroupe les riverains du centre ville ou les voisins de ce projet devraient s’occuper de ce recours contre le permis de construire…
    Le Codevi peut les aider.

  5. je vous informe que le permis de construire a été déposé le 14 décembre

  6. Comment peut on laisser detruire une telle meulière ?
    Le maire de Villiers n’a aucun goût pour les belles choses. Combien de ville aimerait pouvoir avoir d’aussi jolies maisons à proximité de leur centre.
    Il faut réagir!

  7. Ce qui intéresse le Maire c’est de renflouer les caisses…
    Pour le reste, il s’en moque vu que cela ne touchera aucunement son habitation.
    Le pire c’est qu’on construit mais on améliore en rien la circulation dans Villiers.

  8. Je découvre avec effarement ce nouveau projet immobilier en pleine zone pavillonnaire … décidément rien n’arrête ce Maire dans sa course à la destruction !

  9. Ce nouveau projet immobilier extravagant côté Chemin des Hauts situé en zone de transition 1 se trouve en limite d’une zone pavillonnaire. De ce fait, n’y a t-il pas une obligation de limiter la hauteur à 10 m ?

  10. J’ai appris que le projet a été validé par le Maire, obtention du permis de construire et démolir vers le 8 juillet

  11. En effet ce projet outrancier doit limiter sa hauteur à 10m côté Chemin des Hauts car situé en zone UT1 limite de zone pavillonnaire.

    D’après le PLU:

    10.3. Dispositions particulières :
    Lorsque la zone UT est limitrophe avec la zone UP : dans une bande de 12 comptée à partir de la limite de fond de parcelle, les constructions neuves ne pourront avoir une hauteur supérieure à 10m afin de respecter la transition entre les zones.
    Ne sont pas comptés dans le calcul de la hauteur les dispositifs nécessaires à l’utilisation des énergies renouvelables, les locaux techniques et antennes à condition que leur hauteur n’excède pas 1,50m.

  12. Et qu’en est-il côté rue de Coeuilly et allée de la Justice puisque les façades de ce projet impacte également ces 2 rues ?

  13. D’après le plan de zonage du PLU le côté rue de Coeuilly et Allée de la Justice font partie de la zone UT1, actuellement c’est le Chemin des Hauts qui délimite la zone UT de la zone pavillonnaire UP.
    Malheureusement ce projet va impacter beaucoup de monde et poser beaucoup de problèmes de vis à vis, de stationnement et de circulation…

  14. Mr Lelorrain,

    La circulation augmente dans toutes les villes et il ne vous a pas échappé que nous ne sommes qu’à quelques kilomètres de Paris, au cœur d’un réseau de dessertes routières et ferrées et que cette desserte constitue l’un des atouts de notre ville. Pas étonnant dès lors que ces voies soient de plus en plus empruntées ; Villiers n’est pas un village gaulois, isolé, et malheureusement nous n’échappons pas à la règle et aux difficultés rencontrées également par les autres communes voisines, comme le Perreux, Chennevières ou le Plessis-Trévise pour ne citer qu’elles…
    Les problèmes de circulation que vous évoquez sont essentiellement dus au transit et n’ont donc pas de relation avec les constructions réalisées en ville, constructions dont le nombre nous est imposé par l’Etat (160 logements par an selon le schéma directeur) et que nous maîtrisons pour en faire du qualitatif et permettre aux jeunes couples de pouvoir s’établir. Je suppose que vous-même n’avez pas été particulièrement mécontent que la ville construise pour que vous puissiez vous établir à Villiers.

    La ville a réalisé maints aménagements pour fluidifier la circulation mais les embouteillages constatés sont avant tout le fruit du comportement des automobilistes, notamment le soir rue Schuman où il suffit d’un véhicule stationné en pleine voie pour saturer toute la circulation. Alors, nous avons réorganisé la politique de stationnement et mis en place des contrôles accrus pour permettre aussi bien une meilleure rotation des véhicules que fluidifier la circulation face aux actes d’incivisme relatés ci-dessus.

  15. jmc,

    Il est inutile d’épiloguer sur la circulation automobile, là n’est pas la seule nuisance.
    J’ignore si vous habitez en pavillon mais si c’est le cas et qu’un immeuble de 10 M vienne s’ériger devant votre maison avec vue imprenable sur elle, éventuellement sur votre jardin, qu’il ne manquera pas de la dévaloriser, évidemment il en générera un afflux de voitures alors que vous jouissiez de tranquillité et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous aviez acquis ce bien, vous ne tiendriez pas le même discours !
    Quant aux jeunes couples que vous évoquez, qui ont ou auront donc des enfants, ne préféreront-ils pas un pavillon ???
    Je n’ai pas l’impression qu’à Bry ou Nogent il y ait la même frénésie de construction d’immeubles mais sûrement parce que leur Maire est soucieux de la qualité de vie des administrés.
    Force est de constater que les immeubles à Villiers il en « tombe comme à Gravelotte » (160 logements par an … de qui se moque t-on ???) et sont loin d’être entièrement occupés mais le bétonnage continue de « galoper » …

  16. M ou MME JMC je me demande si vous habitez Villiers pour sortir de telles âneries sur les 160 logements par an et le fait que les constructions d’immeubles à la place des pavillons n’ont pas d’impact sur la circulation et le stationnement.
    Lorsque vous créez 50 logements à la place de deux ou trois pavillons, vous augmentez le nombre de voitures et les personnes qui rendent visite aux habitants de ces immeubles stationnent leurs véhicules à proximité immédiate…
    Par ailleurs, je ne savais pas que la ville « construisait des immeubles ». Lapsus ? Confusion des genres ?

  17. Bonjour
    Voici une petite info pour la construction de la rue chemin des hauts:
    L’affichage du permis ce fera entre le 8/07 et le 15/07
    Avec un demarrage vers le mois de decembre 2016
    Le temps de l’affichage et demenagement des personnes
    Des differents pavillons.

  18. Pour information

    pc n° 9407916n00031 délivré le 27/10/2016 pour 52 logements et d’une hauteur de 12 mètres
    rue chemin des hauts

  19. En date du 30 mai 2016 -Lelorrain- avait précisé que le Chemin des Hauts faisait partie de la zone UT 1 (limite zone pavillonnaire) et que de ce fait un immeuble ne devait pas dépasser 10 M. Or, l’affichage du permis de construire indique une hauteur maximum de faîtage de 12 M ???

  20. En effet l’article UT.10.3 du PLU limite à 10 mètres la hauteur pour respecter la transition avec la zone pavillonnaire. Cet article est particulièrement mal rédigé et évoque la notion de fond de parcelle. Il faut aller consulter le permis de construire au CMAT pour voir quelle hauteur atteint le bâtiment sur le Chemin des Hauts ou la rue de Coeuilly. Si celle-ci dépasse 10 mètres, cela pourrait constituer un motif de contestation du permis. Il faut consulter un avocat spécialisé pour étudier cette question car le problème est complexe. Vous avez deux mois à compter de l’affichage pour déposer un recours gracieux auprès du Maire de Villiers. N’attendez pas le dernier moment et faites votre recours au moins huit jours avant la date d’octroi du permis pour éviter toute contestation. N’oubliez pas d’envoyer votre recours au Maire et au promoteur par LRAR. Le Codevi peut vous aider, n’hésitez pas à nous contacter.

  21. Bonjour

    Pour avoir vu le PC, je confirme la hauteur de 12m sur l’ensemble de la construction, soit disant due au calcul de fond de parcelle qui me semble bizarre.
    A voir si cela est correct ou pas ou s’il s’agit encore d’une embrouille du maire qui aurait ainsi fait un plu qui ne n’assure aucune transition protectrice entre la zone UT1 et la zone pavillonnaire UP limitrophe malgré ce qui est affirmé dans le PLU…
    Je suis preneur d’ infos sur le mode de calcul de fond de parcelle

  22. Bonjour,
    Vu le nombre de gens contre le betonnage de villiers et
    Le plu actuel pourquoi ne pas lancer une petition globale
    Sur villiers ou faire comme un champigny une manifestation
    De mecontentement.

  23. Je viens d’apprendre que de nouvelles parcelles donnant sur la rue Robert Schuman ont été vendues à un promoteur.
    Villiers a maintenant pour seule vocation d’offrir à ses habitants qu’un « paysage de grues » puisque rien n’arrête ce bétonnage « nauséabond » !

  24. Bonjour Sandrine,

    Pour votre information, une majorité de propriétaires de pavillons rue de coeuilly et rue de la justice ont reçus des offres pour leurs parcelles et/ou sont déjà vendu.

  25. Bonjour stef,

    Vous ne m’apprenez rien quant au pôle -rue de Coeuilly, chemin des Hauts et allée de la Justice-, et pour votre information je m’étais déjà manifestée sur le site en date du 11 novembre quand j’ai pris connaissance de l’affichage du permis de construire ; je sais que TOUS les propriétaires de ce projet qui ont donc reçu des offres les ont acceptées, sauf une personne qui hésite encore mais qui vendra peut-être en ayant appris qu’un autre immeuble pourrait s’ériger derrière sa maison, qui serait de ce fait encastrée. Pas plus que je n’ignore les démolitions prévues de 5 pavillons avenue André Rouy, ainsi que des démolitions prévues rue Gallieni et d’autres …
    Des propriétaires se voient parfois contraints de vendre leur maison, j’ai été témoin d’un rejet viscéral à ne pas à avoir à subir toutes les nuisances d’un chantier, un cadre de vie bouleversé, un pavillon dévalorisé, voire dégradé par une construction dans une terre glaiseuse, surtout s’ils prévoyaient une vente dans l’avenir. Qui a le désir de vivre face ou près d’un immeuble, avec vis-à-vis, perte d’ensoleillement, allées et venues des habitants dudit immeuble et de leurs visiteurs, majoration de la circulation automobile ???
    Mais je suis aussi lucide, les promoteurs savent également se montrer « convaincants » dans leur offre !

  26. Je viens de passer au cadastre est d’apres explication
    Pas de fond de parcelle, donc hauteur de la construction K&B
    Chemin des hauts 12m
    Vis a vis non genant vu qu’il y a une voie qui nous separe
    Donc il y a seulement 3m du mur exterieur au debut de la construction
    + la voie

  27. Bonsoir sandrine,
    Les promoteurs sont tres convaincant. Le reproche
    N’est pas envers les proprietaires mais vers une seule
    Personne Mr le maire.
    Pour le vis a vis etc… je l’aurais prochainement sous les yeux.

  28. Bonjour Stef,

    Mon intention n’était pas de critiquer les propriétaires qui vendent leur parcelle aux promoteurs, vous connaissez l’expression : « chacun voit midi à sa porte ».
    Quant à M. le Maire, tout a été dit, personne n’a pu et ne pourra l’arrêter dans sa « course folle » à accorder des permis de construire avec un PLU très favorable aux promoteurs.
    Cependant la résignation n’est pas non plus de mise, comme l’a mentionné le Codevi sur son site, les riverains concernés par le bétonnage ont aussi des droits, voir aussi l’article  » Bétonnage de Villiers : les riverains s’organisent et remportent de plus en plus de succès » !
    Sinon je suis sincèrement désolée pour ce que vous allez devoir endurer…

  29. Vous avez dit « NAUSEABON »… N’est-il pas temps de nous organiser pour montrer notre refus de voir nos vies abimées par un PLU taillé sur mesure pour que les promoteurs ne proposent que des logements collectifs au-dessus de 12 mètres, en débutant une forme de révolution locale : celle de » la pince à linge »…que nous accrocherions soit à une partie de nos vêtements comme une broche par exemple, soit à l’antenne de notre voiture pour montrer notre désaccord avec cette politique urbaine qui dépayse notre ville et qui pourrit nos vies …
    Je pense qu’il faut passer à la vitesse supérieure dés aujourd’hui et apprendre à organiser notre contestation et la montrer dans la rue pour que notre combat soit connu de tous car seule la « médiatisation » de ce combat légitime permettra de nous fédérer ….Montrons que cette ville appartient à ceux qui la font vivre et non à « une famille » de politiciens en mal de reconnaissance et qui mène notre économie locale comme notre moral vers la faillite .

  30. Bonjour,

    Je crois déceler dans ces messages impuissance et un certain désarroi. Je n’ai évidemment aucun conseil à donner mais si personnellement j’étais menacé par la construction d’une barre d’immeuble je consulterai un avocat, éventuellement avec d’autres riverains concernés.
    Un PLU est si complexe qu’un recours contentieux pourrait le cas échéant être envisagé, durée de la procédure 2 ans, en espérant entre-temps l’annulation du PLU devant le Tribunal administratif de Melun en 2017.

  31. Mon cher Fabien, ce n’est pas si simple ! Déjà il faut avoir soit de l’argent d’avance, soit une bonne protection juridique pour bénéficier des compétences d’un bon avocat spécialisé en droit d’urbanisme. Ensuite en imaginant que vous ayez passé ce premier cap, il faut que le juge du Tribunal Administratif statue sur le bien fondé de votre contestation. Il va donc valider ou non les arguments juridiques avancés par votre avocat. Mais malheureusement, souvent, cette première juridiction va donner un avis en fonction du contexte politico-économique de la région dont vous dépendez. Autrement dit si derrière, vous ne bénéficiez pas d’un bon avocat ainsi que d’un appui mora,l individuel et collectif (c’est là que la solidarité prend tout son sens !) et financier convaincant qui vous permette de vous battre contre cette classe sociale qui détient le pouvoir économique et le pouvoir politique, vous vous batterez contre des « moulins à vent ». Il restera toujours alors une chose au « petit » peuple qui grogne: la révolution pour se faire respecter et se faire entendre !

  32. Cher Fabien,

    Dés que nous avons connu les mauvaises interprétations de cette majorité municipale après avoir pris connaissance des « conclusions » du commissaire enquêteur qui étaient favorables à nos requêtes, une poignée de villiérains seulement, s’est solidarisée avec le Codevi pour apporter leur contribution afin de financer un avocat, chargé de contester le PLU devant le T.Administratif. Si la partie adverse semble s’être fait récemment tirer l’oreille parce qu’elle faisait trainer les choses, nous pouvons espérer que le dossier en défense soit bien argumenté car l’avocat aurait constaté de nombreuses « maladresses » (pour parler poliment !). Toutefois, dans un sens comme dans l’autre un recours contentieux n’est pas suspensif ce qui n’empêche pas le maire d’accorder les permis de logements collectifs aux promoteurs. Je tiens à préciser que nous sommes en train de dépasser la recommandation du Préfet (160 logements par an sur 10 ans)…Je vous laisse imaginer « à qui profite le CRIME ? »
    Je ne serai trop vous encourager à apporter votre soutien financier à cette association qui à le mérite d’être le seul poil à gratter de cette majorité municipale qui a mis depuis longtemps son premier pied sur la planche…

  33. Merci Jacuse pour votre soutien
    Je tiens à faire un précision quant au soutien des villierains à la procédure judiciaire en cours. Ce n’est pas une poignée de Villierains, mais plus d’une centaine qui ont répondu à la souscription en vue de couvrir les frais de procédure. Les sommes récoltées nous ont permis, jusqu’à ce jour, à couvrir les honoraires de notre avocat…
    Claude Lobry

  34. Bonjour VILLIERAINS ce sursaut de permis de construire accordés aux promoteurs, nous rappelle les années 1970/1995 dans les hauts de seine et on retrouve plus ou moins les mêmes acteurs. depuis l’election de benisti le nombr de permis accordé aux promoteurs a explosé dépassant largesse,nt la moyenne des 160 par an. Combien de ces logements reste sans preneur ?

Ecrire un commentaire